Follow our #TestFlights

Get updates when we are flying during the following weeks.

Comment se prépare-t-on à un vol de 20 heures en avion solaire?

Voler en avion solaire n’est pas chose aisée, surtout si l’on considère la taille du cockpit, qui est d’à peine 1,3 m3! Le vol de ce jour, entre Phoenix et Dallas durera environ 18 heures. Il permettra entre autre à André de battre son précédent record mondial de distance absolue dans la catégorie ...

Lire la suite

Voler en avion solaire n’est pas chose aisée, surtout si l’on considère la taille du cockpit, qui est d’à peine 1,3 m3! Le vol de ce jour, entre Phoenix et Dallas durera environ 18 heures. Il permettra entre autre à André de battre son précédent record mondial de distance absolue dans la catégorie des avions solaires, établi en 2012 à l’occasion du vol Payerne-Madrid. Cette fois-ci, il parcourra 1397 km.

Mais comment André va-t-il pouvoir rester éveillé et attentif, alors qu’il n’est qu’à la moitié de son périple? En plus d’une condition physique très affutée, les pilotes doivent faire preuve d’une faculté de concentration et d’une force mentale à toute épreuve pour manœuvrer l’engin solaire unique et extraordinairement léger durant des vols aussi longs. Dans un avion dépourvu de pilote automatique et dépendant du centre de contrôle de la mission pour les modifications du plan de vol, André et Bertrand doivent maintenir un niveau d’attention soutenu tout au long de chaque vol.

La seule chose qui pourrait inquiéter André avant de décoller serait de se sentir insuffisamment préparé. Pour que cela ne lui arrive pas, chaque aspect du vol va être analysé dans les moindres détails. Par exemple, la veille du départ, il fermera les yeux et visualisera les premières heures suivant le décollage. Il imaginera tous les événements qui peuvent survenir et passera en revue divers scénarios du type «et si…», y compris les situations de détresse, jusqu’à ce qu’il se sente à l’aise avec les indications qui lui ont été fournies par le directeur de vol et son équipe. Un dernier briefing a toujours lieu le matin du départ au cours duquel le pilote reçoit les dernières informations relatives à d’éventuels changements.

André pratique le yoga, des exercices respiratoires et la méditation. Le yoga préserve la souplesse de ses muscles et se révèle utile, dans le cockpit, pour maintenir la circulation du sang. Il prend le contrôle de sa respiration pour plusieurs raisons, par exemple, pour lutter contre la fatigue. Dans ces moments, il va se mettre volontairement à respirer plus vite pour augmenter son niveau d’énergie. Il a l’habitude de faire cet exercice durant la journée qui précède un vol. Il modifie également sa respiration pour se détendre. Pour cela, il va inspirer sept fois puis expirer sept fois, ce qui assure la régularité des battements de son cœur et lui permet de se relaxer durant les phases plus calmes de la mission. Enfin, la méditation est particulièrement précieuse la veille du vol. Juste avant le coucher, elle l’aide à vider son esprit de toute pensée superflue et à obtenir un sommeil profond et réparateur.

La famille Borschberg est connue pour aimer la bonne chère, ce qui explique pourquoi André n’apprécie pas spécialement les derniers jours avant un vol. Qu’on me comprenne bien: il est enthousiaste à l’idée de se retrouver bientôt dans le cockpit! Mais cela lui impose de surveiller son régime et de renoncer aux aliments riches en fibres tels que les fruits et légumes (la vidéo comique de Brian vous explique pourquoi ici. Même en vol, André n’emporte que de petits snacks du genre barres de céréales, noix, fruits secs, plus un éventuel sandwich accompagné d’eau ou d’une boisson sportive.

A l’heure de l’atterrissage, l’estomac d’André fait entendre des grondements, qui vont se transformer en rugissements pendant la conférence de presse qui suit. Pas étonnant qu’il aime s’accorder un repas consistant juste après un vol. Alors n’oubliez pas d’apporter un peu de crudités...

Un décollage béni des dieux

L'appareil Solar Impulse, piloté par André Borschberg, a décollé tout en douceur de l'aéroport de Phoenix à 4:47 (heure locale, UTC-7). Il devrait atterrir à l'aéroport international Fort Worth de Dallas demain, jeudi 23 mai à environ 1:00 (heure locale, UTC-5).

À l'occasion de cette étape, André va ...

Lire la suite

L'appareil Solar Impulse, piloté par André Borschberg, a décollé tout en douceur de l'aéroport de Phoenix à 4:47 (heure locale, UTC-7). Il devrait atterrir à l'aéroport international Fort Worth de Dallas demain, jeudi 23 mai à environ 1:00 (heure locale, UTC-5).

À l'occasion de cette étape, André va tenter de battre le record du monde de distance dans la catégorie aviation solaire, record qu'il a lui-même établi aux commandes de l'avion solaire lors de son vol Payerne (Suisse) - Madrid (Espagne) en 2012. La distance totale est estimée à 1 396,8 km. La troisième étape de la mission Across America, Dallas (Texas) - Saint-Louis (Missouri), sera confiée à Bertrand.

Le décollage d'aujourd'hui a été marqué par la présence d'un guérisseur amérindien de la tribu apache de San Carlos, Delmar Boni. Vêtu du costume traditionnel, il arborait une magnifique parure de plumes couvrant en partie son visage. Le pouce peint en jaune, il a décrit des cercles autour des pilotes, tout en chantant une agréable mélodie.

Delmar a béni le pilote chargé de l'étape, André, et les ailes qui le mèneront au Texas. Il a également béni son partenaire et cofondateur du projet, Bertrand. Pendant ce puissant rituel à la fois très apaisant et mystique, nous avons tous été saisis par le ton de la voix de Delmar et le débit des mots qu'il murmurait, incompréhensibles à nos oreilles.

L'étape d'aujourd'hui, difficile en raison de sa longueur, ne pouvait mieux commencer. Protégé par les dieux autochtones, l'appareil Solar Impulse s'est envolé vers de nouveaux horizons.


Charger plus de contenu