Follow our #SummerFlights

Get updates when we are flying during the following weeks.

Composant avec les vents, Solar Impulse retourne en Europe

Après un long vol palpitant et riche en rebondissements qui nous a tous tenus en haleine, Bertrand Piccard a posé le prototype Solar Impulse sans incident à l'aéroport de Madrid-Barajas à 23:19 (UTC), le vendredi 6 juillet.

Le vol a été entre autre marqué par la particularité suivante : le HB-SIA piloté par Bertrand a atteint la vitesse record de 157 km/h, avant de battre un autre record, une basse vitesse de 18 km/h, mais en marche arrière, oui, oui, vous avez bien lu, en vol à reculons! Et cela pendant deux heures et demie! Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire en repensant à un commentaire qu'André avait fait après avoir tenté pour la première fois de voler vers Ouarzazate : « Peut-être devrions-nous installer des rétroviseurs pour savoir ce qui se passe à l'arrière ! » Pendant ce vol, Bertrand n'a pas du tout eu besoin de rétroviseurs pour pouvoir admirer le magnifique coucher de soleil sur l'horizon. En effet, même s'il naviguait vers l'est, le nez de l'appareil était orienté ouest, en direction du spectacle grandiose du coucher de soleil. On en viendrait presque à se demander si Bertrand ne l'a pas fait exprès pour mieux profiter du moment...

Voici quelques notions qui vous permettront de mieux comprendre les difficultés auxquelles Solar Impulse est confronté en présence de vents contraires et de vents de travers :

  • vitesse sol : elle peut être définie comme la vitesse de l'appareil par rapport au sol.
  • vitesse réelle : il s'agit de la vitesse de l'appareil par rapport à la masse d'air qu'il traverse.

Pour que ce soit plus clair, prenons l'exemple d'un avion qui vole à 50 km/h, sans vent. Dans ce cas, la vitesse sol et la vitesse vraie sont égales à la vitesse de vol. Supposons maintenant qu'il y ait des vents contraires de 20 km/h et que le pilote maintienne sa vitesse à 50 km/h, dans une masse d'air donnée. Du cockpit, la vitesse de l'avion semblera être de 50 km/h, alors que sa vitesse sol sera en réalité de seulement 30 km/h. Ainsi, au cours de son vol, Bertrand a pu à la fois atteindre la vitesse sol de 157 km/h* grâce à d'agréables vents arrière et enregistrer une basse vitesse de 18 km/h à cause de vents contraires particulièrement tenaces.

À l'occasion de ce vol particulièrement important pour les ingénieurs et techniciens de Solar Impulse, l'avion expérimental a encore une fois démontré sa fiabilité et son efficacité en matière d'économie d'énergie dans des vents jamais expérimentés jusque-là, dont la vitesse était souvent supérieure à celle de l'appareil.

Madrid est la première et dernière étape européenne du HB-SIA et de l'équipe Solar Impulse. Ces derniers retrouveront ensuite les jolis paysages des Alpes suisses.

 

 

*Pour cet exercice, j'ai utilisé le km/h, mais l'unité de mesure de vitesse employée en aéronautique est habituellement le nœud (kt).

Après un long vol palpitant et riche en rebondissements qui nous a tous tenus en haleine, Bertrand Piccard a posé le prototype Solar Impulse sans incident à l'aéroport de Madrid-Barajas à 23:19 (UTC), le vendredi 6 juillet.

Le vol a été entre autre marqué par la particularité suivante ...



Charger plus de contenu